Entretien d’une chaine moto

Entretien d’une chaine moto : les kits-chaîne montés d’origine sur les motos sont généralement d’excellente qualité. Leur entretien est souvent négligé car même mal entretenu, il assure un bon kilométrage (10.000 à 15.000 km) avant de donner les premiers signes de faiblesse. Or l’usure de la transmission secondaire n’est pas progressive.

Sans d’entretien, elle n’accusera un jeu significatif qu’à l’approche de sa fin de vie. Il sera alors inutile de la retendre et de la noyer sous la graisse  : le mal est déjà fait. La seule façon d’assurer une longue vie à la chaîne est un entretien régulier.

Examen de la chaine

En grande majorité, les chaînes d’aujourdh’ui sont équipées de petits joints qui retiennent la graisse appliquée en usine sur l’axe interne de chaque maillon. Ce graissage «  à vie  » est destiné à limiter l’usure des axes, donc l’étirement global de la chaîne. Vous n’y pouvez rien, c’est lié à la qualité de celle-ci.

Chaine moto

Il vous reste à veiller à la lubrification des pièces extérieures. Comme les rouleaux, ces pièces cylindriques qui viennent au contact des dents du pignon et de la couronne arrière. Un film de graisse permanent à ce niveau réduit l’usure provoquée par la contrainte entre ces pièces cruciales. Si ce film de graisse est maintenu par un graissage au bon moment, rouleaux et roues dentées s’useront plus lentement, tandis que l’ensemble du kit-chaîne assurera un kilométrage bien supérieur.

Le graissage

Les besoins en graisse ne s’expriment pas en kilométres, mais selon l’état de la chaine. Le secret d’un graissage parfait est de graisser la chaine à l’arrivée d’une sortie ou de retour à la maison, tant que la chaîne est chaude. La graisse se fluidifie à la chaleur et pénètre mieux sous les rouleaux. Ses solvants s’évaporeront pendant la nuit. Quand vous reprendrez la route, la graisse aura eu le temps de se figer et ne sera pas éjectée en roulant (roue et garde-boue tapissés de graisse), ce qui arrivera si vous graissez la chaine juste avant de partir.

Graissage d'une chaine de moto

Après plusieurs graissages d’entretien, la chaîne accumule un cambouis qu’il faut éliminer avant le graissage suivant. L’opération s’effectue avec un pinceau et un solvant non agressif pour les joints (O-Ring, X-Ring, etc…) qui équipent la chaîne. N’utilisez pas d’essence ni de gazole, mais du pétrole pour poêles ou lampes . Essuyez ensuite la chaîne, et laissez là sécher une nuit avant le graissage.

Le lubrifiant

Tout lubrifiant est bénéfique au travail d’une chaîne. En particulier les huiles pour boîtes de vitesses, à additifs extrême pression, seraient, en théorie, bien adaptés. Mais dans la pratique, elles sont vite éjectées, les graisses en pot ne pénètrent pas bien à l’intérieur des rouleaux. Une bombe reste un excellent moyen.

Lubrifiants pour chaine de moto

Pour l’application, le mieux est d’avoir une béquille centrale ou une béquille d’atelier qui permet de faire tourner la roue dans le vide. Pulvérisez un jet fin et continu de graisse sur la face interne de la chaîne. Puis, sans attendre, essuyez les excès de graisse en passant un chiffon sur les faces extérieures des maillons. Il restera toujours un fil de graisse suffisant pour éviter la corrosion.

Nettoyage et graissage

  1. La chaîne ne doit jamais tourner à sec. Il est facile de vérifier tous les jours  l’aspect de la chaine. Dès que les rouleaux apparaissent secs et brillants, il faut graisser. Ça peut arriver par exemple après 200 km sous la pluie  !
  2. Les amas de cambouis ne sont pas que de la vieille graisse, mais  ils contiennent une part importante de particules abrasives (poussière, sable, etc…). Dans ce cas de figure, nettoyez la chaîne consciencieusement avant de la graisser à l’aide d’un pinceau et du pétrole. N’utilisez surtout pas d’essence ni de gazole ou d’autre solvant qui agresseraient les joints de la chaîne. Protégez les alentours avec un chiffon pour récolter les écoulements.

Brosse pour dégraissage de chaine moto

  1. Le lubrifiant spécial chaîne en aérosol, outre son côté pratique, apporte une lubrification vraiment adaptée. La graisse est pulvérisée en phase liquide, sous l’effet des solvants gazeux. Elle pénètre donc facilement au sein des rouleaux. Une fois les solvants évaporés, la graisse se fige et reste longtemps en place.
  2. L’apport de lubrifiant se fait idéalement à l’intérieur de la chaîne en tournant la roue. Appliquez un jet fin en visant les jonctions des rouleaux. Pulvérisez pendant quelques secondes en réduisant ou stoppant le jet si la graisse dégouline, mais sans cesser de faire tourner la roue.
  3. Après l’application de la graisse, essuyez l’extérieur de la chaîne avec un chiffon. Cela évite des amas de graisse, qui n’offrent aucun intérêt en termes de lubrification et accumuleraient des poussières indésirables. Procédez de même après le nettoyage au solvant.

Contrôler la tension de la chaine

Sur la notice d’utilisation ou la revue technique de la moto, il est stipulé si le contrôle de la tension de la chaîne doit se faire sur la béquille ou avec le pilote dessus. Prendre la chaîne entre deux doigts et la secouer, il faut un débattement de 1 à 4 cm (selon les modèles).

Contrôle de la tension

Régler la tension de la chaine

Attention : desserrer l’écrou de l’axe de la roue arrière en premier, puis agir sur les éléments de réglage de la chaîne. Il peut s’agir soit d’un tendeur « tige/écrou » à retendre ou d’un « escargot » à faire pivoter. Important : Les réglages doivent être identiques de chaque coté de la roue.

Réglage de la tension