La carburation

Le rôle de la carburation

Un moteur à besoin de carburant pour fonctionner, tel que l’essence, le diesel ou le GPL.

Le rôle de la carburation est de fournir au moteur un mélange air/essence aux proportions appropriées. Quel que soit le régime moteur, l’ouverture des gaz, l’altitude, etc…

La carburation : Carburateurs de GSX-R 750 Suzuki

Rampe de carburation de 750 GSX-R Suzuki

Pour une carburation correcte on doit respecter trois conditions:

1. Le dosage :

C’est à dire le respect d’une proportion air/essence de façon à obtenir une combustion rapide et complète du mélange carburé. Le dosage détermine ce que l’on appelle la richesse.

En théorie: On estime qu’il faut brûler une proportion air / essence de 15g / 1g.

En pratique: Pour obtenir une combustion aussi complète que possible et donc une économie de carburant, on brûle une proportion air / essence d’environ 18g / 1g.

Mélange riche: Si on à une proportion de – 18g / 1g. Il n’y a pas assez d’air pour brûler l’essence, les imbrûlés se traduiront par une fumée noire à l’échappement et par une consommation excessive. A l’extrême, le moteur risque de caller.

Mélange pauvre: Si on à une proportion de + 20g / 1g d’essence. C’est un mélange qui sera long à brûler, la combustion devenant trop longue les gaz continueront de brûler pendant tout la descente du piston, ce qui provoquera un échauffement du moteur préjudiciable à son rendement thermique. Et à l’extrême, on risque de brûler les soupapes et de détériorer les bougies.

Carburateurs de ZX7-R Kawasaki

Carburateurs de ZX7-R Kawasaki

2. L’homogénéité :

Le mélange gazeux résultant de l’air et de l’essence vaporisé doit être parfait. Son dosage doit être le même en tous points de la veine gazeuse.

3. L’automaticité :

Elle permet une régulation du dosage quel que soit le régime. En effet, plus le régime augmente et plus l’essence se laisse facilement aspirer par rapport à l’air. On risque donc d’avoir un mélange trop riche. Pour remédier à cela on utilise des dispositifs d’automaticité comme une arrivée d’air additionnelle ou une régulation du débit d’essence.

Principe de base d’un carburateur

Principe du carburateur

Carburateur: Appareil dans lequel un carburant vaporisé est mélangé à de l’air.

C’est en 1976 que Mr Gotteleib Daimler à mis au point le Carburateur tel que l’on le connait aujourd’hui.

Vue en coupe d'un carburateur

Principe de base: En accélérant, on soulève le boisseau (3), augmentant le volume d’air admis. Du même coup on soulève l’aguille (4) qui est solidaire du boisseau. L’air qui s’engouffre dans le moteur, aspire au passage de l’essence. En relâchant la poignée des gaz on crée l’effet inverse.

La carburation : principe de base d’une injection

Injecteur de GSXR-750 Suzuki

Injecteur de GSXR-750 Suzuki

Injecteur: Dispositif assurant l’arrivée directe du carburant dans les cylindres d’un moteur, sans l’intermédiaire d’un carburateur.

Offrant de meilleurs résultats qu’un carburateur, un injecteur peut mieux contrôler le débit d’essence grâce à la gestion électronique qui gère un grand nombre de paramètres pour limiter la consommation et ajouter de la souplesse au moteur.

De plus, une essence injecté donne un mélange carburé beaucoup plus homogène que par un carburateur. Il en résulte donc une meilleure combustion. Donc on consomme moins d’essence à rendement égal, ou l’on obtient plus de performance pour un volume égal d’essence.

La carburation : vue en coupe d'un injecteur

Une injection par rapport à une carburation : on notera un meilleur rendement et une pollution moindre.

Un injecteur se présente comme un électro-aimant dont le noyau est solidaire d’une aiguille qui (comme sur le carburateur) libère ou obture le passage de l’essence en fonction des impulsions électrique envoyées par le boitier électronique.

Le boitier d’allumage et le boitier électronique sont reliés pour assurer l’injection en fonction du régime moteur.